Le jardin de la danse et du mouvement

Atelier Monique Bosshard

Monique Bosshard

  • Institut Jaques-Dalcroze, Genève
  • Hochschule für Musik, Tanz und darstellende Kunst, Wien
  • Danse moderne, Rosalia Chladek, Stasbourg
  • Danse primitive et thérapie, France Schott-Billmann, Paris 

 "La courte biographie qui suit a été établie par la Collection suisse de la Danse, dans le cadre de ses recherches sur le patrimoine chorégraphique de la Suisse. Pour nourrir ses archives, cette institution nationale a sélectionné les trois artistes qui ont marqué le plus profondément l'évolution de la danse en Suisse romande durant ces dernières décennies. La chorégraphe danseuse musicienne Monique Bosshard fait partie de ce trio prestigieux, aux côtés de Noémi Lapseson et de Peter Heubi. Les recherches en cours déboucheront sur un film qui retrace le parcours de Monique Bosshard et met en évidence son apport essentiel dans la danse moderne.

Vous trouverez plus de détails sur le site www.collectiondeladanse.ch."

Anne Zirilli, journaliste

 

Monique Bosshard est née le 13 mai 1941. Elle a grandi à Morges avant d’aller étudier à Genève la rythmique à l’Institut Jacques-Dalcroze dont elle sort licenciée en 1962, formation qu’elle complète à l’Institut Rousseau. Attirée par la danse, elle entre à la Hochschule für Musik und darstellende Kunst à Vienne en 1963 pour suivre l’enseignement de Rosalia Chladek. Inspirée du travail de cette pionnière de la danse moderne, elle revient à Lausanne où elle ouvre en 1968 un lieu dévolu à la recherche corporelle, à la créativité, ainsi qu’au mouvement en lien avec l’espace et le temps. Nommé « Atelier-expression-danse », ce lieu accueille des cours et des ateliers pour adultes et enfants, ainsi que des démonstrations et des spectacles. Dans un contexte local où la danse moderne est quasi inexistante, elle développe une méthode fondée sur la découverte du corps, la prise de conscience du mouvement, l’improvisation et l’expérimentation. Ces principes directeurs sont sous-tendus par un travail technique induit par la voix. Autre élément essentiel, la prise en compte des fondements de la musique qui sont vécus corporellement et modifient profondément la tonicité du corps.
En 1977, elle présente à la première édition du Concours international de chorégraphie de Nyon, Lien mobile, spectacle sélectionné par le jury.
Parallèlement à cette activité à l’atelier, convaincue que l’attention du corps apporte un enrichissement et un équilibre à l’individu, Monique Bosshard est invitée à collaborer avec des institutions médico-pédagogiques. Intéressée par la dimension thérapeutique du rythme, elle suit la formation danse primitive proposée par France Schott-Billmann, ethno-psychanalyste (1992).
La danseuse et pédagogue donne aussi de nombreuses conférences, interviews, démonstrations et cours pour sensibiliser les éducateurs de la petite enfance, les enseignants et, plus généralement, le public vaudois à l’importance de l’expression du corps. Son travail sera relayé par les médias, notamment la Radio Télévision Suisse, pour laquelle elle crée en 1977 douze émissions « Parler avec son corps ». Elle y présente le travail original qu’elle a développé sur la relation parents-jeunes enfants par le mouvement, le toucher et l’écoute.
Monique Bosshard s’est engagée activement auprès de deux associations : elle a siégé au comité directeur de l’Association professionnelle Suisse de la Danse et du Mouvement (Schweizerische Berufsverband für Tanz und Gymnastik – STBG) et a été cofondatrice de l’Association Musiques Danses Théâtres traditionnels (Amdathtra).

Raphaëlle Renken, historienne de la danse, octobre 2014